Jean-Paul Sartre et l’apocalypse

Je suis fan de l’auteur de science-fiction canadien Cory Doctorow et un extrait de son plus récent roman, Radicalized, m’a bien fait rire. Contexte : dans la quatrième histoire du roman, « The masque of the red death », nous suivons les aventures d’un richissime survivaliste et ses compères alors qu’ils se terrent dans un bunker et tentent de survivre à l’effondrement de la société.

Izzy had been an English major, and he made them all watch a video he’d brought on his laptop, a Broadway production of No Exit, and they all laughed at “Hell is other people,” and then Izzy made a cross-stitch that said that and framed it and hung it in the hospitality suite.

J’adore cette mention très approprié de la célèbre phrase « l’enfer, c’est les autres » de la pièce Huis clos du philosophe Jean-Paul Sartre, surtout dans le contexte d’un enfermement dans un bunker post-apocalyptique… Je vous invite d’ailleurs à lire « Comment les autres forment l’enfer dans Huis Clos » pour mieux comprendre le magnifique parallèle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.